Pourquoi la mort de Sarah Halimi doit nous rappeler
que tuer un juif, c’est “assassiner la France”