REVUE DE PRESSE

Nous n’avons pas oublié

Par Marc Knobel
Le CRIF (21/01/2016)

Il y a dix ans débutait le calvaire d’un jeune Français, kidnappé, torturé et tué parce qu’il était juif. Marc Knobel revient sur les faits.

Tribune de Marc Knobel, Chercheur et Directeur des Études du CRIF

Le 20 janvier 2006, Ilan Halimi, qui vit dans l’Est parisien avec sa mère et sa sœur, a rendez-vous le soir avec Emma, qui l’a abordé trois jours plus tôt dans le magasin de téléphonie du boulevard Voltaire dans le 11e arrondissement de Paris où il effectuait un remplacement. La mineure est en fait un appât loué par Youssouf Fofana qui veut enlever un juif « parce qu’ils sont bourrés de thunes », dira à la police un de ses complices présumés. Emma l’entraîne dans le sous-sol d’un immeuble de Sceaux, où ses complices le frappent et le neutralisent à l’éther, puis l’emmènent dans le coffre d’une voiture volée jusqu’à un appartement vide d’une cité de Bagneux (Hauts-de-Seine). Ilan Halimi est torturé pendant les trois semaines suivantes dans une cité HLM de Bagneux dans les Hauts-de-Seine. Nous revenons dans cet article sur la chronologie de cette affaire et sur les moments les plus douloureux de cette tragédie.

Dès le samedi 21 au matin, d’un cybercafé, le jeune d’origine ivoirienne, Youssouf Fofana, né en France, envoie une photo d’Ilan à sa famille. Il est menacé par un pistolet. Il exige une rançon de 450.000 euros pour le lundi 23 janvier 2006. Mais, il part pour la Côte d’Ivoire, laissant l’otage à des complices, qui s’impatientent au bout de quelques jours, mais acceptent d’envoyer une nouvelle photo d’Ilan. Les jours passent, les échanges téléphoniques avec la famille d’Ilan se multiplient, le montant de la rançon ne cesse de changer. De retour en France le samedi 28 janvier 2006, Youssouf Fofana avertit un rabbin « qu’un juif a été kidnappé » et le guide jusqu’à une boîte à lettre parisienne, où l’homme découvre une cassette audio sur laquelle il entend l’otage « en sanglot, à bout de force, parlant des sévices subis ». Mais Fofana doit rendre l’appartement: dans la nuit du 29 au 30, il transporte sur son dos Ilan jusqu’à un local technique dans les caves d’un immeuble voisin.

Mardi 31 janvier: un cousin d’Ilan est dirigé jusqu’à un pressing où il trouve une cassette vidéo de l’otage, suppliant qu’on paye la rançon, ainsi qu’une photo de lui, en peignoir, menotté. La situation s’enlise terriblement. Ilan s’affaiblit, il est dénudé, toujours ligoté, à peine nourri, son visage est entouré de scotch. Des gardiens craquent, mais d’autres sont prêts à les relever.

Le 4 février, Youssouf Fofana repart pour la Côte d’Ivoire, d’où il appelle le 6 et organise une remise de rançon Place Clichy, par le père d’Ilan, qui est séparé de sa mère. Malgré ses contacts, le ravisseur n’a pas trouvé de détecteur de faux billets à Paris et demande que l’opération se fasse à… Bruxelles. Le père d’Ilan refuse. D’Afrique, Youssouf Fofana appelle alors ses complices le 8 février, et leur demande une photo de l’otage, une photo où Ilan serait « en sang ». Ilan est trop affaibli pour supporter des coups, alors ils lui entaillent la joue au cutter. Pour rien, car cette photo ne sera jamais transmise.

Dimanche 12 février 2006, Youssouf Fofana rentre à Paris. Ses complices en ont assez, visiblement. Il leur assure qu’il va laisser partir Ilan, qu’il roue quand même de coups (une nouvelle fois) pour obtenir d’autres coordonnées de la famille. Pour effacer les indices, Ilan est lavé, ses cheveux sont rasés. Le 13, à 5h00, les anciens geôliers voient Fofana partir au volant d’une voiture volée, son otage se trouve dans le coffre. Trois heures et demie plus tard, une conductrice repère Ilan le long d’une voie de chemin de fer, à Sainte-Geneviève-des-Bois. Il est nu, il est menotté et bâillonné. Le corps est recouvert de brûlures. Il meurt en route vers l’hôpital.

Les médecins recenseront quatre plaies au cou, dont une à la veine jugulaire, une à la hanche, faites par un « instrument tranchant et piquant ». Un complice assure à la police que Youssouf Fofana lui a dit avoir tué l’otage, promettant qu’ils se rattraperont « sur le prochain plan, en enlevant (cette fois) un dealer ».

Le 15 février 2006: Audrey L. dénonce les faits à la police. Youssouf Fofana s’enfuit précipitamment en Côte-d’Ivoire. Le 22 février, il est arrêté dans ce pays.

Le 4 mars 2006, Youssouf Fofana est mis en examen et écroué

Le 29 avril 2009 s’ouvre le procès des membres du “gang des barbares” devant la Cour d’assises des mineurs de Paris. Le 30 juin 2009, la réclusion criminelle à perpétuité est requise contre Youssouf Fofana. Le 10 juillet 2009, Fofana est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une mesure de sûreté de 22 ans, tandis que ses principaux lieutenants écopent de 15 à 18 ans de réclusion.

Le procès en première instance, le verdict et l’appel

Le 29 avril 2009 s’ouvre le procès des membres du “gang des barbares” devant la Cour d’assises des mineurs de Paris. C’est un procès important qui se tient selon les règles de publicité restreinte, car certains des accusés sont mineurs au moment des faits. Dès la première audience, Youssouf Fofana se livre à d’intolérables provocations. Il arrive tout sourire et lance, le doigt en l’air, un « Allah vaincra ». Lorsqu’on lui demande son identité et sa date de naissance, il répond « arabe africain islamiste salafiste » et donne le 13 février 2006 à Sainte-Geneviève-des-Bois, date et lieu de la mort de sa victime Ilan Halimi. En mai 2009, Youssouf Fofana avoue, pour la première fois devant les juges de la cour d’assises de Paris, être l’auteur de l’assassinat du jeune homme. « Vous savez bien que je l’ai fait et vous savez que j’ai agi seul »: c’est ce que déclare le chef présumé du “gang des barbares” alors que témoignaient à la barre deux médecins légistes ayant examiné le corps de la victime. Fofana reconnait avoir versé un liquide inflammable (sur le corps d’Ilan) et l’avoir allumé avec un briquet », déclare une source présente à l’audience. L’autopsie du corps d’Ilan Halimi avait révélé, pratiquement sur l’ensemble du corps, des brûlures vraisemblablement causées par de l’alcool à brûler. Il avait également des traces de 4 plaies au cou, dont une à la veine jugulaire, et une « plaie pénétrante » à la hanche gauche causées par un « instrument tranchant et piquant. » Finalement le 11 juillet 2009, Youssouf Fofana est condamné à la peine maximale en droit français pour ce crime, soit la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de vingt-deux ans. Il décide de faire appel de cette condamnation, mais il se rétracte peu après. Cette condamnation à perpétuité devient donc définitive. Les autres verdicts vont de 18 ans de prison ferme à l’acquittement. Sur son blog, la journaliste Elsa Vigoureux témoigne : aux alentours de 22 heures, hier soir, alors que régnait dans le box une grande angoisse, la cour d’assises des mineurs a rendu sa décision.

Les peines sont les suivantes :

    Youssouf Fofana : Perpétuité avec une peine de sûreté de 22 ans.

    Jean-Christophe Soumbou . : 18 ans de prison.

    Samir Aït Abdelmalek. : 15 ans de prison.

    Jean-Christophe G., mineur au moment des faits : 15 ans de prison.

    Nabil Moustafa. : 13 ans de prison.

    Cédric Birot Saint-Yves : 11 ans de prison.

    Yahia Touré Kaba. : 11 ans de prison.

    Fabrice Polygone : 11 ans de prison.

    Christophe Martin-Vallet. : 10 ans de prison.

    Jérôme R. : 10 ans de prison.

    Emma Yalda, mineure au moment des faits : 9 ans de prison.

    Tifenn Gourret : 9 ans de prison.

    Gilles Serrurier : 9 ans de prison.

    Alexandra Sisilia : 8 ans de prison.

    Francis Oussivo N’Gazi. : 7 ans de prison.

    Guiri N’G : 6 ans de prison.

    Franco Louise : 5 ans de prison.

    Sabrina Fontaine. : 3 ans de prison.

    Jérémy Pastisson. : 3 ans de prison.

    Alcino Ribeiro. : 8 mois de prison.

    Christine G. : 6 mois de prison avec sursis.

    Audrey Lorleach : 2 ans de prison, dont 16 mois avec sursis.

    Leïla Appolinaire. : 6 mois de prison avec sursis, avec effacement du casier judiciaire.

    Isabelle Mensah. : 6 mois de prison avec sursis.

    Muriel Izouard. : Acquittée.

    Alassane D. : Acquitté.

Les avocats réagissent

Un ensemble de peines qui se situent globalement légèrement en dessous de celles requises par l’avocat général, Philippe Bilger, mais qui en respectent l’esprit, c’est-à-dire la hiérarchie. Avec deux écarts un peu plus importants : Franco L., défendu par Maître Yassine Bouzrou, écope d’une peine deux fois moins élevée que celle suggérée par l’avocat général (5 ans). Samir A.A, représenté par maître Arnaud Miel, est condamné à 15 années de détention alors que l’avocat général en avait requis 20. Aucun des accusés n’a pour l’instant envisagé de faire appel de ce verdict, rapporte Elsa Vigoureux. Après l’énoncé du verdict, les réactions des avocats des parties civiles sont immédiates. Au pied des escaliers de la cour d’Assises, le conseil de la famille Halimi, maître Francis Szpiner, déclare : « La peine de prison à perpétuité assortie de 22 années de sûreté pour Youssouf Fofana est juste. La cour a cependant été particulièrement indulgente avec les autres accusés. Ce crime est un défi pour la République et la société française. La répression aurait en conséquence dû être exemplaire. Vous le savez, les parties civiles ne peuvent pas faire appel. J’invite donc le Garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, à demander au parquet général de faire appel de cette décision s’agissant de ceux qui ont participé à l’enlèvement d’Ilan Halimi. Le Ministre doit agir en conséquence. Les peines sont inférieures aux réquisitions de l’avocat général qui n’étaient déjà pas d’une énergie extrême. L’intérêt des deux mineurs l’a emporté sur l’intérêt général. » Maître Muriel Ouknine-Melki, avocate de Jimmy et Mickaël D., exprime pour sa part sa déception : « Je me sens complètement solidaire des déclarations de maître Szpiner. On attendait des peines plus fermes et sans équivoque pour certains, nous ne les avons pas eues. Nous restons toujours dans l’attente d’une réponse que nous n’avons pas reçue. La décision ce soir ressemble fort à un point d’interrogation. Pour moi, la circonstance aggravante pour antisémitisme à l’égard du mineur à l’époque des faits, Jean-Christophe G., n’a pas joué son rôle en termes de quantum de peine. Elle n’a pas été prise en considération à son juste niveau, alors qu’elle était pour nous un enjeu majeur. Il ne s’agissait pas d’instrumentaliser un procès, mais bien de répondre à la question de l’antisémitisme des banlieues qui a permis d’arriver à ce crime. Mais en ce qui me concerne, cette affaire s’arrête là. » Maître Xavier Filet, avocat de la petite amie d’Ilan Halimi: « Ma cliente est déçue par le verdict. Je fais miennes les déclarations de maîtres Francis Szpiner et Muriel Ouaknine-Melki, et je tiens à dire que notre position est unanime du côté des parties civiles. Je considère que cette décision est un jugement en trompe-l’œil. Youssouf Fofana a pris le maximum et c’est bien normal. Mais pour les autres, les petites mains, j’estime que c’est peu cher payé. Avec le jeu des remises de peines, certains accusés auront passé plus de temps en prison avant le procès qu’après… »

L’avocat Patrick Klugman critique le choix comme avocat général de Philippe Bilger dont il note : « [Ce] choix n’était certainement pas innocent. On lui concédera volontiers d’immenses qualités sans pour autant ignorer qu’il est l’un des plus farouches adversaires de la loi Gayssot ». La polémique enfle. Dans un article publié par Le Nouvel Observateur le 23 juillet 2009, l’avocat Francis Szpiner qualifie l’avocat général, dont le père fut collaborateur, de « traître génétique », d’où la demande du procureur général de Paris, Laurent Le Mesle, au bâtonnier de Paris, Christian Charrière-Bournazel, d’engager des poursuites disciplinaires à l’encontre de Francis Szpiner. Du côté de la défense encore, l’avocate de Jean-Christophe G., maître Martine Scemmama, indique : « Ce verdict est une vraie leçon de lucidité et de responsabilité adressée à tous les accusés. J’ai le sentiment que l’humanité d’Ilan Halimi, bien au-delà de son statut de victime, a été reconnue à l’audience. Parmi les accusés, les uns et les autres l’ont dit : « on a vieilli, on a aussi grandi ». Pour ce qui concerne mon client, Jean-Christophe G., mineur à l’époque des faits, et contre lequel la circonstance aggravante d’antisémitisme a été retenue, j’aurais apprécié qu’on reconnaisse que ce jeune a été emporté par la violence de Youssouf Fofana. »

Maîtres Didier Seban, et Karine de Carvalho, avocats de Nabil M. : « Un équilibre a été recherché dans les peines. C’est une décision de justice respectable, avec des condamnations proportionnelles aux responsabilités de chacun ».

Maître Françoise Cotta : « L’hypothèse d’un appel de cette décision ordonnée par la Garde des Sceaux ne tient pas debout. Rien ne le justifierait si ce n’est un motif idéologique, dans la mesure où la cour a suivi les réquisitions de l’avocat général. » Maître Yassine Bouzrou, avocat de Franco L. : « Dans l’ensemble, les réquisitions de l’avocat général ont été suivies. Sauf dans certains cas, où la Cour d’Assises n’a pas du tout soutenu les thèses de l’accusation. Notamment en ce qui concerne mon client, Franco L. Celui-ci a été acquitté pour cinq des six infractions qui lui étaient reprochées. Rappelons aussi qu’il fait partie de ceux qui, parmi les 27 accusés dans le box, n’ont rien à voir avec l’affaire Ilan Halimi. La reconnaissance de son innocence pour les tentatives d’enlèvements sur Zouhair W., Jacob G., et Mickaël D., est logique. En matière pénale, le doute doit en effet profiter à l’accusé »

La communauté juive est désemparée

Plusieurs associations déplorent samedi 11 et dimanche 12 juillet un verdict « indulgent », les 26 coaccusés ayant écopé de peines allant de l’acquittement à 18 ans de réclusion. À l’unisson les organisations ne dénoncent pas la condamnation de Youssouf Fofana, mais celles infligées aux principaux complices du rapt et de la séquestration d’Ilan. Le CRIF critique d’abord la forme du procès. « Cette tragédie a été aggravée par le huis clos qui a entouré ce procès et qui lui a retiré la valeur exemplaire et pédagogique qu’il aurait dû avoir ». Ensuite, le CRIF se dit « inquiet » du verdict, constatant que pour nombre d’accusés, les condamnations sont « en dessous des peines requises ». Il espère qu’en cas d’appel, la législation permettra à un éventuel nouveau procès d’être public.

L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) critique elle aussi le huis clos, qui rend selon elle le verdict et l’absence de débat prévisibles. Pour l’UEJF, « tout a été mis en œuvre pour éviter soigneusement de tirer les leçons de cette affaire de meurtre antisémite ». Le procès n’a pas été « l’occasion d’un débat public sur la violence potentielle des préjugés » antisémites.

Pour sa part, le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) dénonce un procès « incomplet » et en réclame un nouveau. Il juge que la cour d’assises s’est montrée indulgente notamment à l’encontre de la mineure qui a servi d’appât, condamnée à 9 ans de prison. Le BNVCA en la personne de Sammy Ghozlan, son Président, qualifie cette peine de « dérisoire ». L’organisation, rejoignant le comité « Justice pour Ilan », lance un appel à manifester devant le ministère de la Justice, place Vendôme à Paris, le lundi 13 juillet à 19h, afin de demander à la Ministre, Michèle Alliot-Marie de « recommander au procureur général de faire appel de ce verdict insupportable ».

À la demande de Michèle Alliot-Marie, garde des Sceaux, le parquet fait appel

Le 13 juillet 2009, plusieurs centaines de personnes se rassemblent donc à l’appel d’organisations juives devant le ministère de la Justice pour rendre hommage à Ilan Halimi et remercier la Ministre de la Justice. Les manifestants, dont certains portent des fleurs blanches, des portraits d’Ilan Halimi et des drapeaux français, scandent « justice pour Ilan » et « bravo madame Alliot-Marie ». Pourquoi ? Les peines de juillet 2009 à peine prononcées, Me Francis Szpiner – conseil de la famille Halimi qui ne pouvait faire appel en tant que partie civile – avait publiquement exhorté Michèle Alliot-Marie, alors Ministre de la justice, à ordonner au procureur général de Paris de s’en charger.

La Ministre de la Justice souhaite donc qu’un nouveau procès soit organisé pour 14 des 25 complices présumés de Youssouf Fofana dans le meurtre aggravé d’Ilan Halimi. Ils seront rejugés devant une cour d’assises annonce le parquet général. Le jeudi 16 juillet, elle justifie devant le Sénat sa demande d’appel dans l’affaire du meurtre d’Ilan Halimi. Elle évoque « l’intérêt de la société et de la paix publique ». « Lorsque j’ai constaté que les condamnations prononcées amenaient (…) à ce que d’ici quelques mois, quelques-uns des participants les plus engagés dans cet assassinat se retrouvent libres (…) il m’a semblé qu’il y avait effectivement un problème », répond la Ministre à la sénatrice communiste Nicole Borvo, lors des questions au gouvernement. En outre, elle met en avant « un véritable risque que les victimes n’aient plus confiance dans la justice et cherchent à se faire justice elles-mêmes ».

La polémique et la politique

« L’annonce faite par Alliot-Marie est accueillie avec soulagement, c’est une réaction normale par rapport à des peines qui nous semblaient inférieures à ce qu’elles auraient dû être », déclare Meyer Habib, vice-Président du Conseil représentatif des institutions juives de France. De son côté, la Présidente de l’UEJF, Arielle Schwab, souhaite « que ce procès soit public et qu’il soit l’occasion d’une prise de conscience collective en France aujourd’hui de ce que veut dire ce crime. » Elle réclame ainsi un débat sur les « conséquences possibles des préjugés, sur la violence de l’antisémitisme qui mène jusqu’à la mort ». Finalement, une délégation de manifestants est reçue au ministère dans la soirée.

Par contre, Christophe Régnard, Président de l’Union Syndicale de la Magistrature (USM), fait valoir le risque d’un procès tronqué s’il y en avait un second. Youssouf Fofona n’étant pas concerné par l’appel, sa condamnation n’étant pas inférieure à ce qui était requis, « quel sens cela va-t-il avoir de faire un procès dans ces conditions-là » et sans le principal accusé s’interroge-t-il. « Si la simple motivation » pour l’appel est la durée des peines, inférieures de quelques années par rapport à ce qui a été requis, « il va falloir faire appel dans les trois quarts des affaires pénales de cours d’assises », ajoute le Président du syndicat. Il juge cela « dangereux et inquiétant pour l’avenir ». « La politique a repris ses droits sur la justice » ce qui repose la question de la place des victimes et des parties civiles dans le procès pénal. Pour Christophe Régnard, on se trouve désormais « dans un système où la partie civile peut potentiellement exercer une sorte de vengeance privée ». « Vengeance privée » ? Christophe Régnard ne se décrédibilise-t-il pas lorsqu’il utilise des comparaisons inutiles? Son point de vue peut-être entendu et il a raison de le donner, mais l’émotion est grande. Cependant, il sort de son périmètre lorsqu’il va aussi loin. Et, comme il y a une polémique, son point de vue est mal compris.

Le Ministre de la Défense Hervé Morin déclare le mardi 14 juillet 2009, qu’il « ne comprend pas la polémique » autour de la décision de Michèle Alliot-Marie de faire appel dans le procès de l’assassinat d’Ilan Halimi, rappelant que « la loi le prévoit ». « La loi prévoit-elle oui ou non que la garde des Sceaux puisse faire appel d’une décision ? Après on peut interpréter ça comme on veut », réagit sur RTL Hervé Morin. « Je ne vois pas en quoi il appartiendrait de polémiquer sur quelque chose qui est prévu par la loi. » « C’est absolument scandaleux », dénonce pour sa part Me Romain Boulet, un avocat de la défense. « C’est une immixtion de l’exécutif dans le judiciaire comme il n’y en a jamais eu, c’est aussi une injonction donnée à la cour d’assises qui rejugera de condamner plus sévèrement. Le politique donne un ordre au parquet contre le parquet lui-même, c’est hallucinant », conclut-il. « Je ne vois pas en quoi il est scandaleux que Michèle Alliot-Marie exerce un droit qui lui appartient en vertu de la loi », ajoute Hervé Morin. De son côté, le Ministre chargé de l’Industrie Christian Estrosi se déclaré « très fier d’appartenir à un gouvernement dont le garde des Sceaux a fait appel de cette décision ». « Ce n’est pas une décision politique, c’est la décision de quelqu’un qui est à la tête de la Justice de notre pays, pour la partie parquet qui se doit de mettre en œuvre la politique du gouvernement en matière pénale ». Dans son élan, Maître Romain Boulet oublie de dire que, dans cette affaire, ce qui est absolument « scandaleux » et plutôt « hallucinant », c’est le meurtre d’Ilan Halimi : ce sont les motivations crapuleuses de ce gang et comment les tortionnaires se sont comportés, faisant endurer à ce pauvre Ilan les pires supplices. En revanche pour le CRIF et SOS Racisme, la décision de la Ministre est satisfaisante. Dans un communiqué, le CRIF se félicite de la décision de la Ministre. SOS Racisme accueille également cette décision « avec satisfaction ». « Cet appel doit être l’occasion d’assurer la publicité non du crime, mais du procès, afin que sa dimension pédagogique (…) puisse être à la mesure de la gravité des faits », ajoute l’association. SOS Racisme espère également que les associations antiracistes pourront « se porter partie civile » en cas de nouveau procès.

L’appel

Finalement le 17 décembre 2010, la cour d’assises d’appel du Val-de-Marne aggrave les peines de sept des dix-sept accusés du gang des barbares rejugés depuis le 25 octobre pour le rapt et la séquestration et d’Ilan Halimi. En l’absence de la famille Halimi pour cause de shabbat, la cour prononce des peines allant de huit mois d’emprisonnement à 18 ans de réclusion criminelle, ainsi qu’un acquittement. Elle confirme par ailleurs le verdict prononcé en première instance à Paris en juillet 2009 pour les 10 autres accusés. Les condamnations les plus lourdes (18 ans de réclusion) visent Jean-Christophe Soumbou, l’un des ravisseurs, et Samir Aït-Abdelmalek, condamné à 15 ans en première instance et considéré comme le bras droit de Youssouf Fofana. Un des geôliers d’Ilan Halimi – mineur au moment des faits et seul jugé à Créteil avec la circonstance aggravante d’antisémitisme – a vu sa peine de 15 ans de réclusion confirmée. La jeune fille – mineure au moment des faits et qui avait servi d’appât à Ilan Halimi – a, elle, été condamné à 9 ans de réclusion, comme au premier procès. Me Gilles Antonowicz, avocat d’Emma Yalda, dénonce un appel « inutile et politiquement scandaleux » organisé sous la pression d’un « avocat proche du pouvoir », en référence à Me Szpiner. « L’affaire comporte trois temps : l’enlèvement d’Ilan Halimi, la séquestration et l’assassinat, rappelle Me Antonowicz, et l’assassinat a été commis par Fofana tout seul qui a été condamné à la peine la plus lourde prévue par la loi française. » À l’inverse, Me Szpiner se félicite. « Tous les geôliers ont vu leur peine aggravée », dit-il, regrettant en revanche une nouvelle fois « l’indulgence » des jurés envers la jeune fille-appât. Me Spziner indique par ailleurs qu’il poursuivra son « combat » en faveur de l’allègement de la règle du huis clos systématique dans les juridictions pour mineurs.

Dans cette surabondance de polémiques judiciaires et politiques, de réactions multiples et de rebondissements, nous voulons retenir les larmes d’une mère : Ruth Halimi, écrasée de douleur lors de l’enterrement de son fils, une mère qui plus tard, racontera avec beaucoup de courage le martyr de son fils.

Source : Le CRIF

TAGS >