REVUE DE PRESSE

Szpiner : “Il y a une tradition de l’antisémitisme à l’extrême gauche”

Par Olivier Pérou
Le Point (02/11/2017)

Francis Szpiner, l’avocat de la famille du jeune juif tué en 2006 par le “gang des barbares”, déplore que “la société française ne s’indigne pas”.

Référence à Hitler, croix gammée… La stèle en hommage à Ilan Halimi – jeune homme tué en 2006 parce qu’il était juif – posée à Bagneux, dans les Hauts-de-Seine, a été une nouvelle fois profanée. Selon la maire de la ville, Marie-Hélène Amiable, la plaque placée dans un parc communal était « couverte d’inscriptions antisémites, d’insultes et d’obscénités ». L’inscription « Libérez Fofana », le meneur du « gang des barbares », y figurait notamment, a précisé le parquet de Nanterre.

L’enquête pour retrouver les auteurs de la profanation a été confiée à la sûreté territoriale du département, tandis que la police scientifique a emporté la plaque pour des analyses complémentaires. Pour l’avocat de la famille Halimi, maître Francis Szpiner, cet acte est un « souvenir douloureux qui refait surface ».

Que s’est-il passé ?

Me Francis Szpiner : La stèle mise en place par la mairie de Bagneux en mémoire d’Ilan Halimi, tué parce que juif – et cela, il faut le dire et le répéter encore et encore – a été profanée. Elle l’avait déjà été en 2015. C’est un souvenir douloureux qui refait surface. Peu après la mort d’Ilan, sa mère, Ruth, a exhumé son corps pour l’enterrer en Israël. Elle m’a alors dit : « Au moins, là-bas, on lui foutra la paix. » Force est de constater qu’elle avait raison.

Comment expliquez-vous cet acte ?

Je crains qu’il ne soit trop long de décrire mes sentiments. L’affaire Ilan Halimi est un tournant. C’était la première fois, en France, depuis longtemps, que l’on tue quelqu’un parce qu’il est juif. Au début de l’enquête, il y a eu une négation du caractère antisémite du crime. Les choses ont-elles changé ? Je ne crois pas. Un inspecteur de l’Éducation nationale disait à l’époque de l’affaire que l’on ne pouvait pas scolariser d’enfants juifs dans certains collèges et lycées de banlieue. Récemment, un principal d’un collège de Marseille l’a répété. Et la société française ne s’indigne pas…

Qui sont les responsables de cette non-indignation ?

Beaucoup pensent que l’antisémitisme puise ses racines dans l’extrême droite, mais peu osent dire qu’il y a une tradition de cette haine dans l’extrême gauche. Cette même gauche qui refuse de voir que l’antisémitisme peut naître dans la culture de banlieue, là où l’islamisme le plus radical germe avec la complaisance de certaines élites intellectuelles et politiques. Si tous les antisionistes ne sont pas antisémites, beaucoup de ces derniers manipulent les premiers pour mieux exister. Je vais faire un raccourci, et m’attirer les foudres de nombreuses personnes, mais que cela arrive au moment du procès Merah donne beaucoup de sens à mes propos. Car l’affaire Halimi, c’est le point de départ de Mohammed Merah et donc des frères Kouachi et de Coulibaly.

Que faut-il faire ?

Nommer les choses ! Le racisme et l’antisémitisme ne sont pas des opinions, ce sont des délits. Je me réjouis que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, combatte pour un retour de la laïcité dans les collèges et les lycées. Il faut reprendre l’éducation en main et ne pas tolérer que l’autorité de la République n’y règne plus.

Source : Le Point

TAGS >