REVUE DE PRESSE

Éviter la fracture de la société

Par Gilles Kepel, propos recueillis par Francis Brochet
Le Progrès (04/11/2016)

Directeur de la chaire Moyen-Orient-Méditerranée à l’École normale supérieure et professeur à Sciences Po, Gilles Kepel publie « La Fracture » (Gallimard). Nous l’avons rencontré.

L’objectif de Daech est, dites-vous, de fracturer la société française entre des communautés islamiques d’un côté, des identitaires nationalistes de l’autre. La fracture est-elle déjà en cours ?

« Le processus a commencé. Mais autant un certain nombre d’hommes politiques se laissent prendre à ce piège, autant la résilience de la société française est remarquable. Elle refuse les appels à confondre nos compatriotes musulmans avec Daech. Et si le vote pour l’extrême droite progresse, c’est aussi la réaction, comme l’est d’ailleurs le repli communautaire de l’autre côté, à l’absence d’emploi pour les jeunes, et à une crise catastrophique de la représentation politique. »

Michel Houellebecq a imaginé cet affrontement dans son roman « Soumission »…

« L’étonnant est que Houellebecq décrit une France élisant président un Frère musulman. Son modèle a été Tariq Ramadan, qui souhaite aujourd’hui acquérir la nationalité française. Et nous voyons des mouvements comme le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France), qui ont été derrière l’emballement sur l’affaire du burkini, surfer sur l’islamophobie pour construire une victimisation communautaire. Son directeur Marwan Muhammad vise à rassembler une élite communautaire dans une sorte de lobby électoral, afin de peser aux législatives de 2017, dans une logique de revendication d’un islam intégral. »

En 2012, les musulmans ont voté Hollande…

« Oui, puis ils ont rejeté les socialistes par opposition au mariage homosexuel, et à cause de la situation sociale. Ils constituent aujourd’hui un électorat flottant, qu’un entrepreneur politique habile peut récupérer pour, à défaut de devenir président en 2022, être le faiseur de roi entre les deux tours. »

Dans ce contexte, fallait-il parler du burkini ou pas ?

« Le 14 juillet, après la mort de 86 personnes sur la Promenade des Anglais à Nice, la France est victime universelle. Elle l’est encore douze jours plus tard avec l’assassinat du père Hamel. Mais du jour au lendemain, avec l’affaire du burkini, la France victime devient la France bourreau : le New York Times met en Une Marwan Muhammad qui explique que la France est un pays islamophobe… C’est le côté obscène du débat sur le burkini : il a occulté le souvenir des attentats, et retourné la charge de la culpabilité sur la société française. »

Vous appelez les élites issues de l’immigration à s’engager, comme l’ont fait récemment la sénatrice (PS) Bariza Khiari et le banquier, ancien conseiller de Jean-Pierre Raffarin, Hakim El Karoui…

« Les musulmans sont pris en France entre les mouvements islamistes et des instances représentatives qui n’ont qu’une très faible représentativité. C’est pourquoi il me semble important que des personnalités de culture musulmane, quelle que soit l’intensité de leur foi, puissent incarner la vision apaisée de l’islam qu’ont la très grande majorité des musulmans de France. »

Qu’attendez-vous du président qui sera élu en 2017 ?

« Son défi sera d’éviter la fracture de la société française. Le système éducatif met aujourd’hui sur le marché du travail des jeunes inemployables, parce que notre enseignement n’est plus adapté au monde numérique postindustriel. Et ces jeunes, qui se rendent compte que les savoirs enseignés à l’école ne leur servent à rien, jettent avec l’eau du bain les valeurs enseignées avec ces savoirs. La priorité absolue est donc la transformation de notre système éducatif. L’autre priorité est la transformation d’un mode de gouvernance entre les mains d’une oligarchie issue des grandes écoles, et coupée de la réalité. »

Encore un mot : pourquoi êtes-vous sous protection policière ?

« Nous sommes plusieurs dizaines à avoir été condamnés à mort par ces individus. Mais continuer à travailler normalement est justement une contribution à la résistance de la société française contre la fracturation que recherchent Daech et ses acolytes. »

Source : Le Progrès

TAGS >