REVUE DE PRESSE

Le Mémorial de la Shoah – Jacques Fredj

Le Mémorial de la Shoah reçoit chaque année plus de 40 000 enlevés scolarisés principalement en Ile de France et pour beaucoup en banlieue, pour une visite et une formation sur l’histoire de la Shoah, dans le cadre de leur programme scolaire. Les professeurs d’Histoire qui accompagnent leur classe vous ont-ils déjà fait part de difficultés à l’enseignement de cette partie de l’Histoire de France dans leurs cours ?

 

Jacques Fredj. Depuis ces 10 dernières années, l’enseignement de l’histoire de la Shoah fait désormais partie intégrante du cursus des élèves de France, à trois reprises dans leur scolarité́. L’enseignement de l’histoire de la Shoah se déroule globalement bien dans la majorité des écoles ; l’engagement de l’Etat, la variété et la richesse des outils pédagogiques y contribuent. Le Mémorial n’a jamais été autant sollicité par les enseignants comme par les visites de scolaires. Il faut ajouter qu’en 2012 trois lieux de mémoire ont ouvert au public : le camp des Milles, le Cercil et le Mémorial de la Shoah de Drancy. Tous trois ont un public nombreux également. Néanmoins, régulièrement, des remontées provenant des enseignants font état de difficultés dans quelques établissements scolaires. Si pendant ces dernières années, les enseignants insistaient sur la difficulté à enseigner l’histoire de la Shoah dans certains endroits, depuis deux ans, les professeurs évoquent plus ouvertement les incidents antisémites qui se déroulent dans le cadre de l’école. La difficulté est que personne ne recense ces incidents qui se déroulent à l’intérieur de l’école, aussi nous n’en connaissons ni le nombre, ni l’origine, ni la gravité.

 

Vos coordinateurs pédagogiques ont ils déjà été confrontés à des élèves mettant en cause la véracité des faits liés à l’extermination des Juifs par les nazis ?

 

JF. Très rarement. Ce type d’incident n’est arrivé qu’une fois à ma connaissance ces dix dernières années. Nous avons beaucoup de questions très naïves provenant des élèves qui dépassent très largement le cadre de la Shoah. Si ces questions ne sont pas antisémites, ellestraduisentlapersistancedespréjugésquiimprègnentlesespritsetle manque de connaissances sur le Judaïsme et l’histoire des Juifs en général.

 

On ne peut expliquer tous les mécanismes et les dangers de l’antisémitisme au travers de la Shoah. Néanmoins, comment évaluez-vous le rôle joué par ces journées de formation au Mémorial, particulièrement auprès d’un public jeune, vis à vis de la résurgence d’un antisémitisme contemporain dont les origines et les dynamiques sont incontestablement différentes de l’époque de la Guerre ?

 

JF. Nous avons constaté que certains établissements scolaires viennent au Mémorial après un incident antisémite. Le Mémorial n’est pas une organisation de lutte contre l’antisémitisme, il est un lieu d’Histoire entièrement dédié à la Shoah. Mais il est certain, qu’en sensibilisant les élèves sur le crime commis en Europe par les nazis et leurs alliés contre les Juifs, cela peut contribuer à faire réfléchir les élèves sur la nature et les conséquences de l’antisémitisme aujourd’hui. Pour lutter contre l’antisémitisme, c’est toute une société qui doit se mobiliser : l’État, les parents, l’école, les médias … et le Mémorial, qui dispose désormais d’un deuxième lieu d’éducation à Drancy dans le 93, participe à cet effort d’éducation. La particularité du Mémorial est d’organiser un véritable tête à tête historique et éducatif entre les élèves et nos coordinateurs pédagogiques, afin de transmettre des connaissances que les enfants vont intégrer durablement. Ce travail porte ses fruits.

Le rôle des enseignants est également fondamental car ils sont en charge des élèves au quotidien. LeMémorial consacre beaucoup de force et d’énergie à leur apporter une formation, non seulement sur le plan historique et pédagogique. Nous tentons aussi de leur donner des outils et des connaissances afin qu’ils puissent répondre aux esprits malveillants qui tenteront de s’engouffrer là où l’enseignant n’est pas à même de répondre avec exactitude à certaines questions ou afin de leur permettre de rectifier des fausses informations qui pourraient être diffusées à dessein.

TAGS > , , ,